L’innovation au cœur d’Asnières

15 février 2021

À Asnières, les équipes Citelum ont installé de nombreuses solutions innovantes pour mieux comprendre la mobilité, les différents flux de circulation et in fine, améliorer la qualité de l’air dans la ville.

Grâce à l’utilisation de caméras Bosch, Citelum a pu mettre en place sa première initiative : le comptage différencié.
De mars à septembre 2020, Citelum a mesuré et analysé les mobilités dans plusieurs rues, notamment grâce à l’utilisation de MUSE® IoT, l’écran de supervision développé par Citégestion dédié à la smart city.
Durant la phase de test, la commune a ainsi pu disposer d’un nouvel outil pour l’accompagner dans la conception de projets de mobilité adaptés aux besoins et aux réalités. Le dispositif a également contribué à la dynamisation des commerces situés dans les zones les plus piétonnes, et à favoriser l’usage du vélo dans les rues qui en avaient le plus besoin en installant des infrastructures dédiées.

C’est dans l’optique de privilégier les mobilités douces tel que le vélo justement, que Citelum a testé la solution de comptage de vélos par intelligence artificielle. Ainsi, plus de 90 % des cyclistes sont détectés, même lorsqu’ils circulent sur une voie partagée entre les camions et les voitures.
Ce système intégré par Citelum et installé sur une caméra existante, permet de mesurer l’efficacité de politiques en faveur des mobilités douces.

Toujours dans une volonté d’amélioration de la qualité de vie et l’environnement, Citelum s’est associé à AirParif dans le cadre du projet AirLab pour expérimenter des solutions permettant d’améliorer la qualité de l’air en Île-de-France.
Citelum a ainsi installé dans la ville, des capteurs développés par Clarity et Vaisala afin de mieux comprendre le lien entre les mobilités et la qualité de l’air. Suite à cette expérience, les analyses ont montré que la concentration de dioxyde d’azote était directement corrélée au nombre de véhicules passant dans une rue.
Grâce à cette information, les élus peuvent prendre, données à l’appui, des décisions ciblées pour diminuer la concentration de ce gaz et mécaniquement améliorer la qualité de l’air.